Le gouvernement dévoile des mesures techniques face à la crise du logement


PIERRE-BENITE: “Peut-on boire notre eau?”, “que risquent nos enfants?”. Un an après un documentaire alarmant sur des taux élevés de PFAS, des composants chimiques baptisés “polluants éternels” au sud de Lyon, les habitant s’inquiètent et exigent des réponses.

Ces substances per et polyfluoroalkylées massivement présentes dans la vie courante – emballages, cosmétiques, électronique… – sont ainsi surnommées, car très peu dégradables.

Bio-accumulables, elles sont soupçonnées pour certaines d’avoir un impact sur la santé (risques de cancer, diminution de la réponse immunitaire…) mais leur diffusion est mal surveillée et quantifiée.

En mai 2022, un documentaire sur France 2 révèle une importante pollution autour de la plate-forme industrielle de Pierre-Bénite, à l’entrée de la “vallée de la chimie”, comme on l’appelle dans la région. Y est implantée sur 33 hectares une usine Arkema – qui en utilise pour la fabrication de polymères – et un site Daikin. L’air, le sol, les eaux du Rhône où ces composants sont rejetés: les PFAS sont partout.

Depuis, l’Etat a annoncé un plan visant à terme l’interdiction des PFAS. Localement, il a fait diligenter des études d’impact à Arkema, lui a prescrit l’arrêt de leur utilisation à fin 2024, et a fait surveiller les eaux d’alimentation et les denrées alimentaires. Avec deux recommandations principales à la clé: ne pas consommer le poisson pêché en aval de Pierre- Bénite et les oeufs de poulaillers des particuliers, dans 17 communes. Et la métropole de Lyon prépare le lancement d’une étude sanitaire et environnementale, dont une campagne de prise de sang – mais pas avant 2025.

Gymnase municipal de Ternay (Rhône), mercredi: 250 personnes sont venues écouter, trois heures durant, les services de l’Etat sur cet épineux dossier – qu’il ne faut “ni minimiser, ni exagérer”, introduit le maire de cette commune de 5.400 habitants, Mattia Scotti.

La question de la consommation d’eau est sur toutes les lèvres. Le reportage a en effet relevé des taux dépassant les normes indicatives dans l’eau potable du secteur, provenant des champs captants forés dans la nappe alluviale du Rhône en aval de Pierre-Bénite.

«Cocktail de PFAS»

“Malgré cela, l’eau reste potable”, affirme, sous les applaudissement moqueurs, un responsable de l’ARS. L’agence n’a pas recommandé de restriction, mais annonce un dispositif de traitements par l’exploitant Suez.

“C’est beaucoup d’incertitude, qu’attend-on pour protéger tout le monde!”, “ma fille boit de l’eau du robinet tous les jours, avec son cocktail de PFAS!”, s’insurgent des voix dans le public….

“C’est un sujet éminemment technique et compliqué, sur lequel la réglementation est en pleine évolution. Sur certains aspects, on est encore en phase quasi-exploratoire”, résume, au micro, la préfète Vanina Nicoli.

Créateur du collectif Ozon l’eau saine, du nom de la rivière locale, Louis Delon, critique alors les “tours de passe-passe” des autorités, soulignant les “effets très inquiétants des PFAS sur la santé des enfants”. Maraîcher bio et ancien chercheur au CNRS spécialiste des… PFAS, il a préféré effectuer lui-même des prélèvements d’eau, envoyés à un laboratoire canadien faisant référence. Les résultats sont attendus “pour le début de l’été”.

Dans l’assistance, on se dit “victime d’un préjudice d’anxiété”: sont présents certains des 36 plaignants personnes physiques, et 9 associations et syndicats, dont l’ONG environnementale Notre affaire à tous, qui ont saisi le tribunal judiciaire de Lyon dans le cadre d’un référé pénal environnemental, centré sur les problèmes sanitaires.

Ce référé permet à la justice de “prendre toute mesure utile, allant jusqu’à la fermeture d’un site” en cas de non respect du droit de l’environnement, explique l’avocate Louise Tschanz, qui l’a déposé. “Il y a un laxisme grave de la part de l’Etat et un espèce de banditisme sanitaire et environnemental d’Arkema. A minima, tout le monde savait depuis 2011 et un rapport de l’ANSES (Agence nationale de la sécurité sanitaire)”, dénonce-t-elle.

«On nous a menti»

“A un moment, on nous a menti, en nous disant qu’il n’y avait pas de rejet dans l’air et les sols. L’industriel en premier lieu, mais que savait l’Etat?”, s’interroge Jérôme Moroge, maire de Pierre-Bénite, depuis son bureau de l’Hôtel de ville, à moins de 400 m du site industriel ouvert en 1902 pour fournir en acide sulfurique les soyeux lyonnais. “Un lien de confiance s’est cassé avec Arkema.”

Après une plainte contre X en 2022 pour “mise en danger de la vie d’autrui”, le maire pourrait d’ici l’été, avec d’autres communes lancer une action collective sur la dépollution des sols. En filigrane: la question du financement de toutes les mesures à venir. A Ternay, le représentant de Suez a ainsi évoqué un investissement d’environ 4 millions d’euros pour une station de traitement…

Le maire réclame aussi une “étude d’imprégnation” sur la population. Il cite néanmoins les conclusion d’un diagnostic à venir de l’Observatoire régional de santé (ORS), sans rapport avec le dossier PFAS, montrant que “les gens ne sont pas plus malades ici qu’ailleurs”.

Devant le stade qui jouxte le site Arkema, où des taux très élevés ont été relevés, Thierry Mounib, cuisinier à la retraite, dont le père a travaillé à l’usine, fait son calcul: “autour de chez moi, il y a 6 cancers dans 5 maisons. Qu’est-ce-que cela signifie…? Les enfants peuvent-ils jouer sans risque dans ce stade?”

Président de l’association “Bien vivre à Pierre-Bénite”, il a été à ce titre “invité à de nombreuses réunions chez Arkema, mais on ne nous a rien dit pendant des années!”. Lui aussi réclame des prises de sang sur la population.

Le temps des PFAS d’Arkema est cependant compté. Car d’ici fin 2024, selon un arrêté préfectoral, l’industriel devra avoir stoppé l’utilisation du 6:2 FTS. Une station de filtration installée en décembre en a déjà considérablement réduit les rejets. Elle était prévue “bien avant que ne sorte le reportage”, assure le directeur Pierre Clousier.

Et de rappeler: “on a ciblé Arkema, mais on a toujours respecté la réglementation, nos produits utilisés ne sont pas interdits. On veut bien prendre notre part, mais on ne peut tout nous mettre sur le dos, tous les PFAS ne viennent pas de chez nous”.



Source

Estimersamaison.fr la référence du pays d'Aix en Provence.

À propos

Services recommandé

Aide

© 2024 Estimersamaison.fr . Tous les droits sont réservés.