Immobilier : à quel point les prix ont-ils flambé en un an à Nice et sur la Côte d’Azur ?


Une nouvelle étude de la Fédération nationale de l’immobilier démontre que sur notre terri­toire, le prix du mètre carré a grandement progressé sur un an.

Chaque mois, les spécia­listes publient leurs obser­va­tions par rapport aux dernières semaines, souvent en comparant les tarifs du mètre carré à diffé­rentes échelles. Et depuis un long moment maintenant, les résultats à Nice sont en constante augmentation.

Comme nous l’écrivions le 18 mai dernier, le prix des biens ne fait que progresser dans notre ville, mais pas uniquement, car il s’avère que de nombreuses communes de la Côte d’Azur connaissent le même scénario, en parti­culier Antibes et Cannes.

LA SUITE APRÈS CETTE PUB

Au Sud, une forte hausse

Le bilan dévoilé par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) est du même acabit, avec une analyse assez nette démon­trant que les dépar­te­ments situés au bord de la Méditerranée voient le coût de la pierre flamber.

Prenons l’exemple des Alpes-​Maritimes pour commencer, où le mètre carré est actuel­lement à 5.026 euros (appar­tement et maisons confondus), soit une hausse de 6,1% sur les 12 derniers mois. Les Bouches-​du-​Rhône connaissent une situation similaire (+6,1% et 3.805 euros). Quant à nos voisins du Var, ils vivent une progression encore plus fulgu­rante (7,6% et 4.239 euros).

Plus 10% dans les Hautes-Alpes

Ne mettons pas de côté les Hautes-​Alpes, sans littoral, qui avec leur accrois­sement de 10% (2.769 euros le mètre carré), sont tout simplement la collec­tivité française ayant vécu la majoration la plus impor­tante sur un an. 

Sur le plan régional, en Provence-​Alpes-​Côte d’Azur l’augmentation est de 6,8%, ce qui n’est pas étonnant puisque d’après l’entreprise Guy Hoquet, la Région Sud est celle ayant enregistré la revalo­ri­sation la plus consé­quente entre mai 2022 et mai 2023, juste derrière le Sud-​Ouest (+9,8%).

Maintenant, si nous comparons notre terri­toire avec les dépar­te­ments possédant eux aussi de grandes cités, on constate que les Alpes-​Maritimes ont un contexte totalement différent des autres.

Baisse à Paris, stabilité dans le Rhône

A Paris notamment, les tarifs de l’immobilier sont en baisse de -2,6% (10.519 euros le mètre carré), tandis que dans le Rhône, les montants varient très peu (0,8%, 3.948 euros). En Haute-​Garonne (2,4%, 2.960 euros) et en Loire-​Atlantique (2,2%, 3.315 euros), la progression est là, mais beaucoup moins marquée.

Ces chiffres corres­pondent davantage à la moyenne nationale (+3,7%), une poussée moins flagrante que lors des deux années précé­dentes. Une courbe et un marché qui se rééqui­librent au profit des acheteurs. Cette dynamique française, qui couve une crise du logement, serait due aux diffi­cultés d’accès au crédit rencon­trées par les ménages à cause de la hausse des taux. 

Dans d’autres départements, les tarifs explosent

Ajoutons que si les Alpes-​Maritimes font partie des crois­sances non négli­geables dans notre pays, d’autres dépar­te­ments ne sont pas en reste, à l’image des Pyrénées-​Orientales (+8,2%), du Morbihan (7,9%), de la Savoie (7,8%), la Corse-​du-​Sud (7,3%) et des Côtes-d’Armor (7%).  



Source
Estimersamaison.fr la référence du pays d'Aix en Provence.

À propos

Services recommandé

Aide

© 2023 Estimersamaison.fr . Tous les droits sont réservés.