Immobilier. Achat: les Français souhaitent-ils devenir propriétaire en 2023?


Selon un sondage, un tiers des Français envisagent d’acheter un bien immobilier dans les 12 prochains mois.


Par Caroline CHALOIN

20:30
| mis à jour à 11:22

Malgré les difficultés pour obtenir un prêt immobilier, le contexte d’inflation, l’attrait pour l’immobilier semble se maintenir. De nombreux Français envisagent un achat immobilier d’ici un an, avec toutefois un engouement moindre pour la maison individuelle au profit de l’appartement.

Beaucoup pensent que le logement du futur sera plus écologique mais également plus cher, tant à l’achat qu’à la location. Tel est le résultat d’un sondage lancé début avril par le réseau d’agences immobilières l’Adresse avec Toluna Harris Interactive. 

L’achat de la résidence principale en priorité

Malgré un contexte tendu, marqué par la remontée des taux de crédit, l’intérêt des Français pour l’immobilier ne se dément pas : au total 33 % envisagent d’acheter dans les 12 prochains mois.

Cet attrait concerne un achat en particulier : un peu plus d’un Français sur quatre (26 %) déclare souhaiter acheter sa résidence principale d’ici un an. Un chiffre tout de même en léger recul (- 2 points par rapport à juin 2022), mais faible compte tenu du contexte.

Concernant les investissements locatifs, les Français sont 22 % à déclarer vouloir en réaliser un (contre 25 % auparavant), mais seulement 16 % à vouloir acheter une résidence secondaire (- 4 points).

« Le marché n’est pas totalement à l’arrêt ! L’immobilier reste une valeur refuge pour les Français avec un premier objectif : acquérir sa résidence principale pour se loger, mais aussi investir, notamment afin de préparer sa retraite, souligne Brice Cardi, président du réseau l’Adresse.

En revanche, après des années post-Covid d’engouement pour les résidences secondaires, les Français sont désormais contraints de se recentrer sur leurs priorités.

Si aujourd’hui les freins à l’achat sont nombreux, ils doivent être levés pour permettre aux Français qui le souhaitent encore de devenir propriétaires, que ce soit pour se loger ou pour louer ce logement. C’est en permettant la rotation des biens que le marché pourra se dégripper. »





Les Français semblent assez pessimistes quant à l’évolution du coût des logements dans les prochaines années, comme le révèle le sondage. Photo Adobe Stock


Un intérêt moins fort pour les maisons

Les choix des Français en matière de logement évoluent : selon le sondage, parmi ceux qui envisagent d’acheter un bien immobilier dans les 12 prochains mois, 51 % souhaitent acheter une maison pour leur résidence principale, contre 58 % il y a un an, soit – 7 points.

Un intérêt moins fort pour l’habitat individuel lié peut-être à la baisse de la capacité d’emprunt des acheteurs, mais aussi à la hausse du coût de l’énergie et des travaux éventuels, souvent plus importants dans une maison.

La part des Français qui envisagent d’acheter un appartement est, elle, passée de 22 à 26 %, les autres n’ayant pas encore arrêté leur choix. 

La luminosité du bien et sa performance énergétique, des critères essentiels

Dans les critères importants pour choisir son logement, le niveau de luminosité est cité par 92 % des Français, suivi juste après par le niveau de performance énergétique du logement, 91 % des Français jugeant qu’un bon diagnostic de performance énergétique (DPE) est un critère important, à égalité avec la présence d’un espace extérieur.

« Si les envies d’extérieur et de luminosité sont plus fortes depuis la crise du Covid et les confinements successifs, la performance énergétique est désormais un critère de choix d’un logement, tout comme sa dimension écologique et responsable.

Un mauvais DPE peut ainsi être un frein ou un motif de négociation à la baisse du prix du bien, jusqu’à 30 % même dans certaines régions ! », constate Brice Cardi de l’Adresse. 





Un bon DPE est un critère important pour une très grande majorité des Français. Photo Adobe Stock


Le logement de demain sera plus cher, mais plus qualitatif

Les Français semblent assez pessimistes quant à l’évolution du coût des logements dans les prochaines années, comme le révèle le sondage. Un phénomène déjà constaté en 2022 mais qui s’amplifie. Pour 71 % d’entre eux, les logements de demain seront globalement plus chers à l’achat et à la location, tout en étant moins faciles à trouver.

Ils sont aussi plus nombreux à penser que les logements du futur seront plus qualitatifs : mieux isolés, plus économes en matière de consommation d’énergies et plus écologiques. Ils seront également plus connectés et plus sécurisés qu’aujourd’hui.

Selon 62 % des Français, le logement de demain sera davantage un lieu où on exerce une partie de son activité professionnelle, un chiffre en hausse de 4 points par rapport à l’année dernière. 

*Enquête réalisée en ligne pour l’Adresse, par Toluna Harris Interactive, du 31 mars au 4 avril 2023 auprès d’un échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

L’immobilier, une valeur refuge pour les 18-34 ans

Selon un sondage mené en avril par Yougov pour le courtier Pretto, l’immobilier est une valeur refuge pour les 18-34 ans : 40 % déclarent préférer acheter un logement plutôt que de le louer.

Au total, 56 % sont déterminés à acquérir un bien immobilier en vue de leur retraite, un achat encouragé par la réforme des retraites, et 55 % se disent prêts à acheter un logement qui nécessiterait une rénovation énergétique dans le futur. Une solution plébiscitée pour accéder à la propriété.

Les 18-34 ans sont prêts à faire d’autres concessions pour y parvenir : 24 % à acheter un bien plus petit si cela leur permet de devenir propriétaires, dans un contexte de marché compliqué, et 38 % des Franciliens à acheter, pour leur part, un bien dans une autre ville ou région.



Source

Estimersamaison.fr la référence du pays d'Aix en Provence.

À propos

Services recommandé

Aide

© 2024 Estimersamaison.fr . Tous les droits sont réservés.